Chroniquez le livre de décembre

Du mercredi 10 décembre au vendredi 9 janvier
chroniquez le livre de Dominique Chappey : J’avais la croix

Télécharger les conditions de participation


Intrigué par un article lu dans « le Parisien », Gabriel prend le train pour Saint-Pierre-d’Entremont, une petite station de ski, près de Chambéry. Il a l’intention d’en apprendre davantage sur le meurtre d’un jeune marginal, dont le corps a été retrouvé attaché à la croix qui signale le sommet du Grand Som.
J’avais la croix, éditions Baleine, 2014




Dominique Chappey
Sous les pavés, la plage est à peine tiède quand il débarque en Normandie. Crachin oblige, il lit très tôt tout et n’importe quoi. Il se rêve tour à tour premier de cordée, manchot passager du transsibérien, lutteur montreur d’ours dans le New Hampshire, pécheur à la mouche amateur de grand cru. Entre deux lectures, il lui arrive de reposer les pieds sur terre.
Crooner ou torero. Au lycée, ce sont les vœux qu’il inscrit sur sa fiche d’orientation. Les premières arènes sont à huit cents kilomètres, il sèche tous les entrainements. Il chante juste mais trop fort. Ses voisins l’encouragent à poursuivre ses études, loin de préférence. Il choisit Pub écossais, option pur malt. Au retour, il se rapproche des montagnes et patiente au milieu des livres. L’écriture vient par jeu quelques années plus tard. Amusé, il prend l’habitude d’envoyer des histoires sombres à des inconnus qui ne lui ont rien fait. Quelques masochistes en redemandent. Les salons du polar qui organisent des concours de nouvelles en font les frais. Il y prend goût, persévère, devient accro. C’est fichu, il ne sera jamais torero. Sa culture du noir laisse à désirer, il met les bouchées doubles pour rattraper son retard mais tombe sur des malpolis comme Jonquet ou Garnier qui s’en vont au milieu de la conversation. En musique, Willy DeVille lui a fait le même coup, il ne lui a toujours pas pardonné.
Source : site K Libre

www.lechienjaune.fr | Plan du site | Webdesign : katsolgraph.com | Mentions légales